Khajuraho est un héritage de la dynastie Chandella et aussi un patrimoine mondial de l’UNESCO en raison de ses monuments archéologiques et historiques. Avec ses temples de pierres sculptées, Khajuraho est aussi connue sous le nom de la cité des temples de l’Inde centrale. Khajuraho, dans le district de Madhya Pradesh, est célèbre pour ses temples impériaux et jaïns. Le mot « khajuraho » dérive du mot hindi « khajur » qui signifie palmier dattier. Ce temple attire chaque jour des milliers de touristes qui y viennent pour principalement admirer la saga immortelle de l’art hindou, la sculpture et la culture érotique. La construction de ce temple a pris environ une centaine d’années de 950 à 1050 après Jésus-Christ. Des 85 magnifiques temples d’origine, seuls 22 ont survécus aux ravages du temps. Cependant, Khajuraho demeure la quintessence du style architectural de temples et de sensibilité esthétique.

HISTOIRE Les Chandellas, les descendants du dieu de la lune, d’ambitieux constructeurs et de grands maîtres d’arts, avaient embellis leurs villes et cités de palais, d’étangs et de temples, cependant, le complexe du sanctuaire de Khajuraho représente le sommet de l’art de l’architecture hindou des temples de l’époque médiévale. Ces temples furent construits au cours des 9e et 10e siècles après Jésus-Christ. Le roi Yasovarman y initia l’ère de la construction des temples, qui allait par la suite devenir l’une des principales attractions touristiques du pays. La légende des temples de Khajuraho raconte comment une belle fille brahmine nommée Hemvati tomba sous le charme du dieu de la lune. Elle donna aussitôt naissance à Chandravarman, qui fut le fondateur de la dynastie Chandela. Lorsque Chandravaman fut grand, sa mère lui vint en rêve lui demandant de construire un temple présentant tous les aspects du trésor de la passion et du fantasme érotique pour le monde. Les fresques et les motifs représentent des scènes de chasse, de festivités, de danses avec un accent particulier sur l’aspect sensuel et érotique.