Le fort Saint George fut la première forteresse britannique en Inde. Le fort a le mérite d’être le plus vieux fort anglais de la côte est indienne. Bâti entre 1640 et 1653 et, reconstruit plus tard en 1783, le fort Saint George fut autrefois une ville à part entière avec des rues, des allées et des routes portant des noms. Etant donné que la construction du fort s’acheva le 23 avril, coïncidant avec le jour de la Saint George, le fort fut baptisé Fort Saint George, qui devint aussitôt le centre des activités commerciales. Pendant un certain temps, le fort aida les Britanniques à étendre leur influence dans la région carnatique.

Il est intéressant de remarquer que plusieurs personnalités historiques comme Thomas Pitt, Elihu Yale, Robert Clive et Lord Cornwallis ont vécu ou alors très souvent visité le fort pendant le règne britannique. Le fort était par conséquent une seconde demeure pour beaucoup de dirigeants de la compagnie britannique des Indes orientales. Des douves furent construites autour du fort afin de maintenir les étrangers à l’écart et les Britanniques baptisèrent la zone à l’intérieur des douves « la ville blanche ».

Le fort de Saint George abrite un grand nombre d’artéfacts appartenant à la période coloniale britannique. En plus des artéfacts britanniques, on y trouve également des antiquités françaises.

Les fondations de l’église Sainte Marie ont été faites en 1678 et l’église fut achevée en l’espèce de deux ans et demi, pendant le règne de Charles II. L’église Sainte Marie, avec ses plaques de marbre, ses pierres tombales et les consécrations, a été un témoin silencieux de l’ère révolue de la ville de Chennai (ancien Madras).