Les collines jumelles de Khandagiri et d’Udaygiri se trouvent à juste 7 km à l’ouest de Bhubaneswar, près du principal monument historique Odishan (Orissa), après les lois d’Ashoka taillées dans la roche. Les roches des collines Khandagiri et Udaygiri ont été taillée et creusées afin de créer cette ancienne résidence à plusieurs niveaux des moines jains. Les travaux commencèrent sans doute au premier siècle avant Jésus-Christ et étaient dirigés par le premier dirigeant odishan connu, le roi Kharavela. Kharavela était un roi de la dynastie Mahameghavahana, qui est connu pour l’expansion de l’empire Kalinga et son implémentation d’améliorations de la vie publique telles que les systèmes de canaux. Sa femme était manifestement une patronne des arts et est sans doute largement impliquée dans l’impressionnante décoration sculpturale des grottes.

En s’approchant du site, Khandagiri, avec ses 15 grottes, se trouve à gauche et Udaygiri à droite. Les 18 grottes d’Udaygiri incluent le fameux Hathi Gumpha (grotte d’éléphant), avec sa fameuse inscription de Kharavela. L’inscription instruit énormément sur les exploits militaires de Kharavela et aussi sur le fait que la cité royale possédait autrefois des portes cochères, des réservoirs d’eau et de baignade et était le lieu de spectacles de danse et de musique officiellement organisés ainsi que des évènements sportifs et sociaux. Toujours selon l’inscription, la « était faite pour danser avec joie ». Kharavela était manifestement un musicien doué et semblerait-il qu’il a créé un remarquable centre d’art.

Le fameux Rani Gumpha (« grotte de la reine »), qui se trouve également sur l’Udaygiri, possède des niveaux inférieurs et supérieurs, une cour spacieuse et des frises sculpturales détaillées. Les gravures présentent les légendes populaires, les scènes historiques et les cérémonies religieuses ainsi que de nombreux danseurs. Le style semble assez évolué et d’une grâce et d’une vitalité singulières.

Le Ganesha Gumpha, qui est accessible par une passerelle de niveau inférieur de Rani Gumpha, est isolé et c’est probablement pour cela qu’elle est bien conservée. Ses espaces habitables avec une véranda à l’avant, est accessible par un petit escalier de la cour.

Ce sont toutes de petites grottes et obéissent aux configurations naturelles de la «roche vivante ». Les sculptures présentent un groupe fort et vivant de population, réalisées par des mains artistiques et douées. L’espace est déjà recouvert d’images d’animaux, d’êtres humains et de personnages divins en plus des détails décoratifs présentant l’amour de l’artiste Odishan pour les scènes richement élaborées à son stage précoce.